LUNE BLEUE

Audrey a une petite fille, Anna. Elles s’aiment fort.
Mais quelque chose ne va pas.
Audrey vit un amour inconditionnel et absolu qui l’épuise. Elle ne se reconnait pas.
Elle sent en effet que la Mère écrase peu à peu la Femme.
Alors, si le devoir tue le désir, elle n’en veut pas et accuse l’instinct maternel de toutes les confusions.

La communication avec sa petite fille n’est pas facile. Elle répète machinalement, comme une automate, chaque geste et chaque mot qu’elle prend et apprend.
Elle semble envoûtée par la « lune bleue ».
Au début, Audrey s’en amuse… Mais très vite, elle est inquiète et s’interroge. Malgré ses consentements à l’ordre des choses, Audrey est intimement convaincue que l’éducation n’est qu’un dressage. La soumission est si puissante !
Et lorsque sa fille lui demande ce qu’est la mort, Audrey perd tout contrôle. Les mots butent, le corps chute. Elle est terrifiée à l’idée de perdre sa fille à jamais et sombre dans une angoisse infernale, peuplée de honte et de culpabilité.
Pourquoi ne voit-on rien venir ?!
Il lui faut à tout prix désacraliser la figure de la Mère pour retrouver le plaisir et le désir d’exister comme Femme.
Les ressources affectives de la danse délivreront le regard d’Audrey.

« Lune Bleue » sonne le glas de l’instinct maternel.
Mais c’est aussi une histoire d’amour.
L’histoire d’une reconnaissance mutuelle entre une femme et son premier enfant.

Richard Monségu

UNE FEMME CHORÉGRAPHE
ET DEUX HOMMES COMPOSITEURS S’ASSOCIENT
POUR “SONNER LE GLAS DE L’INSTINCT MATERNEL”

Lune bleue est un solo sur le rapport maternité/féminité. La danseuse-chorégraphe Audrey Nion (Compagnie Madjem) interroge ce que l’on nomme communément « instinct maternel ». Le fait d’être une jeune mère perturbe-t-il le rapport à la féminité ? Entre amour fusionnel entre mère et l’enfant et rejet coupable, la danse raconte la réappropriation de l’espace intime de la féminité.

La composition musicale de Richard Monségu et Sébastien Tron (Compagnie Antiquarks) illustre parfaitement le climat de tension de ce solo dramatique.

Pendant presque 6 ans, ils ont eu un accès privilégié à l’intimité d’une femme-mère et de sa fille, une sacrée tranche de vie dont l’album Lune Bleue constitue le témoignage.